Aller au contenu principal

L'Ange, L'Insecte, La Danseuse

Julio González (1876-1942)
L'Ange, L'Insecte, La Danseuse

4r03673.jpg


Initialement intitulée « L’Insecte », cette sculpture fut rebaptisée « L’Ange » par Picasso, tout en gardant le nom générique de « La Danseuse ». Cette triple identité souligne une complexité iconographique d’esprit surréaliste. González pourrait avoir lu le texte de Roger Caillois, « La mante religieuse. De la biologie à la psychanalyse », publié par la revue Minotaure en 1934. L’écrivain explorait, à la lumière de la mythologie et de la psychanalyse, le comportement sexuel de l’insecte cannibale et le phénomène humain d’angoisse de castration. L’inquiétante figure hybride forgée par González, qui  dresse ses ailes métalliques semblables à des faux, constitue l’image même de la mort.

 

L'Ange, L'Insecte, La Danseuse
AM929S
González Julio (1876-1942)
Localisation : Paris, Centre Pompidou - Musée national d'art moderne - Centre de création
industrielle
© Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Bertrand Prévost